Au sein du mouvement des Grands Frères Grandes Soeurs, nous croyons que tous les enfants devraient avoir la chance d’atteindre leur plein potentiel, en tant qu’individus et citoyens. Nous croyons qu’en changeant le cours de la vie des jeunes, nous pouvons en retour changer le cours de l’avenir de la communauté.
Le Blogue des GFGSC est une plateforme que nous utiliserons pour sensibiliser la population sur les problématiques clés auxquels les jeunes d’aujourd’hui font face. Parfois, nous plaiderons pour notre cause, parfois, nous chercherons à éduquer, informer, poser des questions, mais nous désirons en tout temps susciter la discussion sur les problématiques les plus pressantes qui affectent les générations de jeunes d’aujourd’hui.


jeudi 25 juillet 2013

Le lait au chocolat, la super boisson énergisante!

Par amateure d’entraînement physique et de mode de vie sain. Conférencière. Catalyseuse d’idées, Tania Archer.

Après une séance d’entraînement intense, votre corps a besoin de liquides, de glucides et de protéines pour se RÉHYDRATER, pour REMPLACER les nutriments éliminés, s’énergiser pour la prochaine séance et pour FAIRE LE PLEIN ET RÉPARER les muscles. Oubliez les boissons sportives sucrées qui ne contiennent pas les qualités régénératrices requises et optez pour un verre de lait au chocolat énergisant.

SE RÉHYDRATER...


Le liquide que vous perdez pendant une séance d’entraînement doit être remplacé pour que votre corps continue de performer. Les études ont démontré que le LAIT AU CHOCOLAT est un des breuvages les plus hydratants puisqu’il contient 87 % d’eau et 16 nutriments essentiels, incluant des glucides, protéines, vitamines A et D, calcium, potassium et bien plus. Nous perdons beaucoup d’électrolytes (sodium, chlorure) et potassium quand on transpire et lors d’un entraînement très intense qui dure 45 minutes ou plus. La composition naturelle du lait au chocolat renferme du sodium et du potassium.

REMPLACER...

Remplacer l’énergie emmagasinée appelée glycogène (glucides), que le corps brûle pendant un entraînement, est essentiel pour améliorer votre capacité d’endurance et vous donnez de l’énergie. Le lait au chocolat est riche en « bons glucides » dont le corps a besoin pour se remettre après de l’activité physique, et les niveaux élevés de glycogène vous aideront à être plus performant lors de votre prochain entraînement. Idéalement, il faut remplacer les glucides éliminés de l’organisme dans les 15 à 30 minutes après l’entraînement.

REFAIRE LE PLEIN ET RÉPARER...


Les protéines sont des nutriments essentiels pour accroître et préserver votre masse musculaire. Le lait au chocolat vous procure les nutriments dont votre corps a besoin pour se remettre sur pied après une séance d’entraînement intense. Les protéines naturelles que l’on retrouve dans le lait stimulent la croissance et la réparation des muscles. Un seul verre de lait au chocolat renferme autant de protéines qu’un gros œuf.

Petite astuce... pour absorber au maximum les nutriments contenus dans votre prochain verre de LAIT AU CHOCOLAT, buvez un ou deux verres de ce breuvage nutritif de 15 à 30 minutes après un entraînement afin de vous réhydrater, remplacer les liquides et nutriments éliminés, refaire le plein et réparer votre corps.

Twitter- @taniaarcher #90DayCrossFitChallenge

À travers divers programmes de mentorat des Grands Frères Grandes Sœurs du Canada, nous sensibilisons de jeunes garçons et filles partout au Canada à propos de l’importance d’avoir une alimentation saine et équilibrée.

Pour consulter une liste de nos programmes de mentorat...

Quel est votre casse-croûte préféré après une séance d'entraînement?




mercredi 17 juillet 2013

Vous êtes-vous déjà demandé si vos dons caritatifs généraient un rendement financier pour la société?


J’aimerais vous raconter l’histoire de Jamie, un petit garçon qui a perdu son père à l’âge de 8 ans, après que ce dernier ait succombé à une maladie du cœur. Tout l'univers de Jamie a été bouleversé par le décès de son père. Ses deux frères et lui se sont sentis abandonnés, effrayés et un peu perdus. Ils pensaient n'avoir personne à qui parler.

Leur vie aurait pu prendre divers tournants, mais leur mère a eu le courage d’admettre que, bien qu’elle aurait aimé tout donner à ses enfants, ce n'était pas possible pour elle de le faire. Elle a donc demandé de l’aide, et Grands Frères Grandes Sœurs a répondu présent. Des Grands Frères sont entrés dans la vie de chacun des jeunes garçons, et ont fait de leur mieux, sans rien demander en retour, pour combler le vide, consoler les garçons et s’assurer que les chemins qu'ils emprunteraient seraient positifs.

Jamie a grandi et est devenu James, partenaire et directeur général de la firme Boston Consulting Group. Quand Grands Frères Grandes Sœurs du Canada nous a demandé d’évaluer l’impact de leurs programmes, je savais, en raison de ma propre expérience, que cela générait une valeur réelle.

La clé était de transposer le « savoir » en preuve et d’entreprendre une étude rigoureuse quantitativement et significative sur le plan statistique afin de convaincre les gens n’ayant pas vécu cette expérience de la valeur des programmes.

En comparant un échantillon représentatif formé d’anciens Petits à un groupe témoin, c’est exactement ce que nous avons fait. Nous avons étudié les résultats différentiels de la situation de vie de ces individus et la portion attribuable aux Grands Frères Grandes Sœurs. Ce que l'étude a révélé est colossal.

Chaque dollar dépensé dans un programme des Grands Frères Grandes Sœurs génère 18 dollars en valeur sociétale. Et plus les circonstances sont difficiles, plus le programme a un impact, avec un rendement social de l’investissement de 23 : 1 au sein des groupes les plus désavantagés, sur le plan économique à qui les Grands Frères Grandes Sœurs offrent leurs services.


Cliquez ici pour lire les constats clés de l’étude sur le rendement social des investissements - http://www.bigbrothersbigsisters.ca/fr/accueil/newsevents/investinginkidsfuturespaysoff.aspx

L’étude démontre clairement que la vaste majorité des anciens Petits considèrent leur relation avec leur Grand comme étant un moment de transformation dans leur vie qui a mené à des débouchés de vie plus favorables, l’habileté à prendre de meilleures décisions, une plus grande confiance et un sens général de bonheur et de bien-être.

J’aimerais terminer sur une dernière pensée. Vous ne faites pas un don aux Grands Frères Grandes Sœurs, vous faites un investissement. Il s’agit d’un investissement dans l’avenir d’un petit garçon ou d’une petite fille, et cet investissement sera largement rentable, en dollars réels et en un avenir meilleur.

James

James Tucker O.M.C., IAS.A, MBA, B.A., est partenaire et directeur général de la firme Boston Consulting Group (BCG), située à Toronto au Canada. Dans le cadre de sa pratique professionnelle, James aide ses clients à atteindre un avantage concurrentiel viable et réaliser pleinement la valeur potentielle de leurs opérations et avoirs.

Le 16 juillet, The Boston Consulting Group (BCG) dévoilera les conclusions d’une nouvelle étude percutante dont l’objet était de vérifier le rendement financier en valeur économique généré par le mentorat des Grands Frères Grandes Sœurs. Les conclusions de cette vérification rigoureuse offrent une analyse portant à réflexion sur les avantages économiques concrets qui résultent de l’investissement dans l’avenir des jeunes filles et des jeunes garçons.


Si vous pouviez investir dans l'avenir du Canada et obtenir un retour sur votre investissement, lequel choisiriez-vous soutenir?

mercredi 10 juillet 2013

Et nous y voici, nous avons 100 ans.


« L’âge ne diminue pas l’immense déception de voir une boule de crème glacée tombée de son cornet ».

Jim Fiebig

Tellement de choses se sont produites en 100 ans. Le monde d’aujourd’hui est pratiquement méconnaissable par rapport à celui de 1913, et par rapport au monde qui a vu grandir le mouvement des Grands Frères Grandes au Canada. Le monde d’aujourd’hui est davantage connecté, tout évolue plus rapidement. Les besoins des enfants semblent tellement plus complexes.

Et nous y voici, nous avons 100 ans.

Comment peut-on être vieux et jeune à la fois? Peu d’organismes ont la réputation et le respect qui accompagnent 100 ans de services exceptionnels prodigués aux enfants et aux familles. Dans des centaines de communautés canadiennes, le personnel et les bénévoles ont changé la trajectoire de la vie des jeunes. La pertinence des programmes de mentorat que les agences des Grands Frères Grandes Sœurs offrent n’est aucunement remise en question. Il est toutefois plus difficile pour les institutions établies d’évoluer de façon continue et significative pour rester dans l’air du temps.

Peut-être qu’il n’est pas vraiment nécessaire de changer l’essence du mentorat. Guy Laliberté, qui a fondé le Cirque du Soleil, a dit : « Nous n’avons pas réinventé le cirque. Nous l’avons présenté d’une manière beaucoup plus moderne ».

Bien que notre « cause » soit centenaire, le mouvement des Grands Frères Grandes Sœurs est celui d’une jeune personne. En effet, l’âge moyen des bénévoles dans les programmes de mentorat dans la communauté était (au moment de notre petit sondage) de 26,1 ans. De plus, 75,5 % de tous les bénévoles impliqués au sein du mouvement sont âgés de moins de 30 ans. Lorsque l’on prend en compte les mentors adolescents impliqués au sein des programmes à l’école, l’âge moyen des bénévoles impliqués dans les programmes sur le terrain est de 21,5 ans.

Le processus de modernisation de la présentation… c’est-à-dire développer de nouveaux programmes significatifs tout en gardant l’essence de la qualité du mentorat… est bien enclenché. Grands Frères Grandes Sœurs continuera d’équilibrer les merveilleux avantages qui viennent avec l’âge – l’expérience, la sagesse, les connaissances – à ceux de la jeunesse – l’énergie, la vitalité, l’enthousiasme – pour créer une organisation fébrile qui amorce son second centenaire de services avec un cornet de crème glacée à deux boules.

Bruce

Bruce MacDonald
Président-directeur général
Les Grands Frères Grandes Soeurs du Canada

jeudi 4 juillet 2013

Du temps de qualité


Le temps…

Le temps est important pour nous tous, nous aimerions tous disposer de plus de temps. Et ce que nous préférons faire de notre « temps de qualité » est différent pour chacun de nous. Certains préfèrent souper entre amis, d’autres s’entraîner au gym ou encore s’installer confortablement pour lire un bon livre.

Ce que je préfère, personnellement, est de passer du temps avec ma famille, et en particulier avec mes neveux qui ont une place toute spéciale dans mon cœur.

Passer du temps avec des enfants nous rappelle qu’il faut laisser de côté nos préoccupations et nous concentrer sur le présent. À travers leur regard, nous découvrons à nouveau l’émerveillement dans les petites choses de la vie que nous prenons souvent pour acquises : la joie de voir un lapin bondir, le goût de la crème glacée lors d’une chaude journée d’été, le bruit d’un avion qui passe au-dessus de nos têtes, la sensation de la pelouse sous nos pieds. Nous sommes jeunes à nouveau. Nous vivons dans le moment présent.

Qu’est-ce que du temps de qualité signifie pour les enfants? Tout le temps que nous passons avec eux, à rire en cœur, à parler, écouter et être présents et attentifs, compte tellement pour un enfant. C’est si simple, et cela ne prend que peu de chose pour rendre un enfant heureux et lui rappeler qu’il est spécial. Seulement un peu de notre temps, et nous recevons tant en retour. Malgré cela, dans le monde effréné d’aujourd’hui, nous avons toujours quelque chose à faire, comme faire les commissions, un appel, envoyer un courriel, un gazouillis sur Tweeter, etc. Il semble que nous n’ayons jamais assez de temps pour les choses qui comptent vraiment, comme passer du temps de qualité avec les êtres qui nous sont chers.

Quand on prend le temps pour un enfant, les bienfaits sont incalculables tant pour lui que pour nous, et cela n’a pas de prix.

Souvent, passer du temps avec les gens que l’on aime est la dernière chose qui figure sur notre longue liste de choses à faire. Et avant même qu’on le réalise, le temps a filé et nous ne pouvons pas retourner en arrière. Nous nous demandons où est passé tout ce temps, et réalisons soudainement que nos enfants on grandit. Nous aimerions alors avoir profité de plus de temps précieux avec eux.

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je n’attends plus une autre fin de semaine, un autre congé, je ne dis plus « une autre fois peut-être », ou « je suis trop occupée aujourd’hui, « demain peut-être ». Je prends le temps dès maintenant, et je profite du moment présent avec eux. Je vais rire pour des riens, partager un biscuit, danser dans la cuisine, construire une tour en blocs Lego, et apprécier chaque minute!

J’espère que vous avez la chance de profiter de votre temps de qualité autant que moi.

Rosemary Velcich
Directrice de les programmes du développement