Au sein du mouvement des Grands Frères Grandes Soeurs, nous croyons que tous les enfants devraient avoir la chance d’atteindre leur plein potentiel, en tant qu’individus et citoyens. Nous croyons qu’en changeant le cours de la vie des jeunes, nous pouvons en retour changer le cours de l’avenir de la communauté.
Le Blogue des GFGSC est une plateforme que nous utiliserons pour sensibiliser la population sur les problématiques clés auxquels les jeunes d’aujourd’hui font face. Parfois, nous plaiderons pour notre cause, parfois, nous chercherons à éduquer, informer, poser des questions, mais nous désirons en tout temps susciter la discussion sur les problématiques les plus pressantes qui affectent les générations de jeunes d’aujourd’hui.


lundi 23 juin 2014

Coup d’œil, la bourse d’études VisionJeunesse CIBC


Par : Camilo Sanchez Galindo, de Hamilton, en Ontario

En 2011, j’ai été l’un des 30 élèves de secondaire 4 à travers le pays à recevoir la bourse d’études VisionJeunesse CIBC, un partenariat unique entre CIBC, le YMCA et les Grands Frères Grandes Sœurs. Présentement évaluée à 38 000 $, la bourse d’études VisionJeunesse CIBC a depuis 16 ans changé la vie de près de 500 personnes en répondant aux besoins scolaires et financiers des étudiants et en les encourageant à poursuivre des études postsecondaires. Ce qui distingue cette bourse des autres est l’idée d’une intervention anticipée, ce qui fait également la particularité du programme au Canada. Le Programme de bourses d’études VisionJeunesse CIBC cible les jeunes ayant un fort potentiel qui ne pourraient peut-être pas avoir la possibilité de poursuivre les études universitaires ou collégiales.

Je suis né à Medellín, en Colombie alors que sévissait une violente guerre de la drogue. Ma famille a fui la montée de violence à titre de réfugié lorsque j’avais six ans. Avec nos espoirs d’un avenir meilleur, nous nous sommes installés à Bridgeport, au Connecticut. Mais le moment ne pouvait pas être plus mal choisi. Lorsque les attaques terroristes du 11 septembre sont survenues seulement deux mois après notre arrivée aux États-Unis, tous nos espoirs d’obtenir notre immigration légale se sont effondrés. Un an plus tard, nous sommes déménagés à Hamilton, au Canada. Nous avons déployé tous nos efforts afin de nous adapter à un nouveau pays, une nouvelle langue et à des circonstances difficiles. Quatre ans plus tard, mes parents ont divorcé, laissant à ma mère le soin de s’occuper de mon frère et moi. J’ai ensuite été jumelé avec un mentor par le biais des Grands Frères Grandes Sœurs. Ma relation avec mon Grand Frère a duré la période de temps maximale permise par l’organisation, soit quand j’ai atteint l’âge de 18 ans. Mais à ce moment, notre relation était rendue si solide que j’appelais mon Grand Frère Russ, l’une des plus fortes influences de ma vie.

La principale raison de notre venue au Canada a été l’espoir éternel de ma mère de m’offrir un avenir plus prometteur. Élevé dans des circonstances difficiles et rêvant de ce que l’avenir me réservait, la bourse d’études VisionJeunesse CIBC m’a donné l’occasion d’accomplir plusieurs de mes objectifs à un si jeune âge. Elle continue de m’aider à réaliser mes espoirs et mes rêves d’un avenir meilleur.



Et aujourd'hui, alors que je termine ma première année à l’université McMaster, trois ans après avoir reçu la bourse, j’ai décidé de poursuivre mes études afin d’obtenir un diplôme combiné spécialisé en économie et en science politique. Je suis heureux d’annoncer que j’ai décidé de faire carrière en politique et que de ce fait, je suis présentement candidat à l’élection du conseil municipale de la ville d’Hamilton cette année (dans la 9e circonscription). Je rêve de changer la vie de ceux qui ont besoin d’aide. Cependant, je ne crois pas que je serais là où je suis aujourd'hui, si je n’avais pas reçu la bourse d’études VisionJeunesse CIBC. Cela a changé ma vie et je suis ravi de mentionné que mon frère cadet Daniel a également été sélectionné comme candidat à la bourse d’études CIBC cette année. Bien que les probabilités soient faibles que des frères reçoivent la même bourse d’études à quelques années d’écart à peine, il est évident que la bourses d’études VisionJeunesse CIBC continuera d’encourager chaque année un nouveau groupe de lauréats à réaliser leurs rêves, à accomplir leurs objectifs et à acquérir l’expérience nécessaire afin de réussir dans la vie.




jeudi 12 juin 2014

Quelques questions pour papa


Il y a quelques jours, je jouais à la lutte sur le sol avec mon fils de trois ans lorsqu'il m’a très soudainement rentré un doigt dans l’œil. Il a enfoncé son doigt très fort tout en souriant à pleines dents. J’ai dû quitter la pièce pour aller mordre dans un oreiller et me donner un instant pour m’en remettre. Je dois l’admettre, j’étais très contrarié. Nous avions du plaisir, pourquoi lui a-t-il fallu me mettre un doigt dans l’œil? Je ne l’ai pas réalisé sur le coup, mais ce qu’il cherchait vraiment était des réponses.

Que se passe-t-il lorsque je mets mon doigt dans l’œil de papa?
Est-ce que cela le fâche?
Est-ce que cela m’attire des ennuis?
De quoi est-ce fait au juste un œil?

Voilà d’excellentes questions et je suis certain que mon fils a appris exactement ce qui se passe lorsque tu mets ton doigt dans l’œil de papa ce jour-là. Je suis heureux d’avoir pu t’enseigner cette précieuse leçon mon fils.

Je suis père depuis seulement quelques années. J’ai deux fils; mon plus jeune est âgé de trois ans et mon fils aîné aura bientôt six ans. Ils explorent leur monde et en apprennent chaque jour davantage et moi de même.

Environ une semaine après l’incident du doigt dans l’œil, ce fut au tour de mon fils aîné de me prendre par surprise. Cependant, il ne m’a pour sa part infligé aucune douleur physique. Durant un trajet de sept minutes pour nous rendre au cours de karaté, il m’a soumis à une série de questions qui m’ont dérouté. J’ai tenté de répondre à chaque question par une réponse honnête et informative, mais chaque réponse a mené à une nouvelle question, encore plus compliquée que la précédente. Voici ce à quoi les questions ressemblaient

« Papa, pourquoi les choses explosent-elles? »
« Quelle est la plus grosse bombe jamais inventée? »
« Pourquoi l’a-t-on inventée? »
« Pourquoi y a-t-il des guerres? »
« Qu'est-ce que la religion? »
« Crois-tu au paradis? »

Je me suis rapidement trouvé dans une situation pour laquelle j’aurais assurément dû étudier. En à peine sept minutes, nous avons couvert des questions d’ordre physique et chimique, historique, politique, géographique, touchant les différences culturelles, la guerre, la philosophie, la mort et finalement la foi et la religion.

Je fais de mon mieux pour répondre, mais admettons-le, ce sont des questions plutôt difficiles! Quoi qu’il en soit, je présume que j’ai passé le petit test. Il semblait satisfait de mes connaissances physiques faibles, de mes réponses historiques incomplètes, de ma culture géographique discutable et de mes tentatives totalement déroutantes pour généraliser en ce qui a trait à la philosophie et à la religion.

J’ai su bien avant la naissance de mes fils que je souhaitais être père, mais je voulais ardemment être un bon père, un père qui ne crie pas ou ne se fâche pas, un père qui soutient et est patient, un père qui attentionné et affectueux, un père qui est un bon modèle et qui a les réponses à toutes sortes de questions. Ce qui m’a surpris c’est à quel point, cela a été difficile… à quel point cela est difficile. J’aime mes fils plus que tout et je désire qu’ils deviennent des hommes forts, confiants et bienveillants. Je veux tout leur donner, mais je crains que ce faisant ils deviennent des adultes égoïstes et cupides. Je veux les renseigner sans les effrayer. Je veux nourrir leur imagination et leur créativité, mais qu’ils soient également réalistes et astucieux. Je veux leur démontrer de l’amour et leur enseigner le respect.

Finalement, je reste avec tant de questions. Comment parvient-on à faire tout cela? Comment être un père formidable? Je n’en ai vraiment aucune idée. Si vous avez tout compris, de grâce répondez-moi. En attendant, je vais simplement faire de mon mieux pour répondre à leurs questions.

Heureusement, je ne fais pas cavalier seul. J’ai la chance d’avoir une partenaire brillante et bienveillante pour m’aider à rester calme, sain d’esprit et rassuré. J’ai également la chance d’avoir moi-même un père vers qui je peux me tourner. Il n’a pas toutes les réponses lui non plus et ce n’est pas grave.

Bonne fête des Pères à tous les papas qui tentent de comprendre tout cela, à ceux qui sont déjà passés par là et à ceux qui seront bientôt papas et qui n’ont aucune idée de ce qui les attend.

Garner Beckett
Directeur du développement
Grands Frères Grandes Soeurs du Canada


lundi 2 juin 2014

Ottawa a changé ma vie


C’est allé si rapidement, déjà une année d’écoulée! Le temps passe vite.

J’ai l’impression d’avoir énormément changé depuis l’an dernier. L’occasion d’aller à Ottawa seule, sans mes parents et d’avoir pu découvrir de nouvelles compétences est merveilleuse.

Lorsque les gens me demandent quel est mon plus grand accomplissement, je réponds d’avoir rempli ces formulaires et avoir été sélectionnée pour aller au Sommet de la jeunesse à Ottawa. Mon séjour à Ottawa a été très révélateur pour moi. J’ai appris tant de choses à Ottawa que j’ai pu ramener avec moi; rencontrer de nouveaux amis, connaître des gens de partout au Canada et apprendre d’où ils viennent et leur milieu a été une expérience formidable que je n’oublierai jamais.

Dernièrement, mes études me tiennent bien occupée et je fais également beaucoup de bénévolat. Je suis la gérante d’une équipe de basketball à mon école. Récemment, nous avons participé au tournoi provincial ici en Colombie-Britannique. De plus, en ce moment, je participe au programme de leadership de Port Metro Vancouver. J’applique à ce programme toutes les compétences que j’ai apprises au Sommet de la jeunesse. Grâce au Sommet de la jeunesse, je suis de plus en plus à l’aise de me présenter et de parler aux gens. J’ai l’impression que je sors de ma zone de confort et j’essaie de nouvelles choses.

Certains de mes plus beaux souvenirs concernent les jeux avec mon groupe et nos sorties à divers endroits et découvrir toutes sortes d’attraits. Rencontrer des gens de partout à travers le pays et toutes les petites choses que vous faites crée des souvenirs avec d’autres gens que je peux maintenant appeler mes amis.

Je suis si heureuse d’avoir eu cette possibilité. Je ne sais pas quel genre de personne je serais aujourd'hui si je n’avais pas participé au Sommet de la jeunesse.

Un GRAND MERCI aux Grands Frères Grandes Sœurs du Canada pour la semaine extraordinaire à Ottawa!

Francine