Au sein du mouvement des Grands Frères Grandes Soeurs, nous croyons que tous les enfants devraient avoir la chance d’atteindre leur plein potentiel, en tant qu’individus et citoyens. Nous croyons qu’en changeant le cours de la vie des jeunes, nous pouvons en retour changer le cours de l’avenir de la communauté.
Le Blogue des GFGSC est une plateforme que nous utiliserons pour sensibiliser la population sur les problématiques clés auxquels les jeunes d’aujourd’hui font face. Parfois, nous plaiderons pour notre cause, parfois, nous chercherons à éduquer, informer, poser des questions, mais nous désirons en tout temps susciter la discussion sur les problématiques les plus pressantes qui affectent les générations de jeunes d’aujourd’hui.


lundi 29 juin 2015

Canadianismes

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui rend le Canada si unique? Des mets aux sports, le Canada est le berceau de nombreuses entités sensationnelles! Voyez la liste formidable de canadianismes que nous avons dressée et soyez fiers d’être canadiens.

Vous savez que vous êtes canadiens lorsque…


Les Timbits se mangent au petit-déjeuner (nous ne vous le conseillons pas, si vous n’avez pas l’habitude!)

Nous considérons la poutine comme un groupe alimentaire.

Vous mangez des barres de chocolat au lieu de barres de friandises.

Vous buvez des boissons gazeuses, pas des sodas.

Vous avez de l’argent Canadian Tire dans les tiroirs de votre cuisine.

Vous savez que la « Police montée »n’a pas toujours cette allure.

Vous êtes enthousiaste quand on mentionne le Canada dans une émission de télévision américaine.

Vous pouvez manger plus d’un bonbon au sucre d’érable sans avoir la nausée.

Vous savez que Toronto N’EST PAS une province.

Le bacon de dos et le macaroni au fromage Kraft Dinner sont deux de vos aliments préférés.

Vous confectionnez votre costume d’Halloween de façon à pouvoir le porter par-dessus votre habit de neige.

Vous assistez à un événement officiel vêtu de vos plus beaux vêtements, vos bijoux les plus élégants et vos bottes Sorel.

Vous pouvez jouer au hockey de rue avec des patins.

Vous connaissez quatre saisons : l’hiver, encore l’hiver, presque l’hiver et la construction.

Vous prononcez la dernière lettre de l’alphabet « zed » au lieu de « zee ».
et ... vous terminez certaines phrases par « hein » ...hein?

Vous ne trouverez cela qu’au Canada

La queue de castor

Les Timbits

La viande fumée de Montréal et les vrais bagels de Montréal

La tarte au sirop d’érable

Les barres Nanaimo (nous les avons inventées)

Les tartelettes au beurre

Et bien sûr la poutine!

Les chips au ketchup

Le vinaigre sur les frites

La tourtière

Saviez-vous que…

La crosse est canadien.

Le hockey est canadien.

Oui, le basketball est canadien.

Les plus grands drapeaux jamais vus aux cérémonies de clôture des Jeux olympiques étaient canadiens (deux fois... et le deuxième a contrevenu à une règle établie en raison du premier).

La Compagnie de la Baie d’Hudson a déjà détenu un onzième de la surface de la Terre.

L’ampoule électrique a été inventée par un Canadien (en effet, Henry Woodward l’a fait brevetée en 1874). Le brevet a été acheté par un Américain nommé Edison qui a amélioré la conception et reçu le crédit de l’invention.

Parmi d’autres inventions canadiennes on trouve : l’exerciseur pour bébé Jolly Jumper, le ruban adhésif pour conduits, l’insuline, l’émetteur-récepteur portatif, les patins à roues alignées, Superman, les véhicules climatisés, les acryliques, l’heure normale (et l’heure avancée), le rouleau à peinture, le radiocompas, la motoneige, la motomarine, la fermeture éclair améliorée, etc., etc., etc. (il y en a des milliers d’autres!)

Joyeuse fête du Canada! De la part de notre GRANDE famille à la vôtre!

lundi 22 juin 2015

Mentorer dans des communautés autochtones – le témoignage d’Amy

Le Mentorat à l'école permet à de jeunes garçons et filles d'avoir un modèle et un ami à même l'enceinte de l'école avec qui ils peuvent parler et partager les expériences qu'ils vivent en grandissant. Une heure par semaine, les mentors rencontrent leur mentoré et ensemble ils prennent part à des activités récréatives amusantes. En 2014, la Fondation Boston Pizza Futurs Espoirs a fait don d'une subvention pluriannuelle aux Grands Frères Grandes Soeurs de Kamloops, en Colombie-Britannique afin qu'ils puissent élargir le programme de mentorat et mieux soutenir les élèves des régions rurales et autochtones de Merritt, en Colombie-Britannique. Ce n'est là qu'un exemple des nombreuses façons dont le mentorat fait une différence.

Adolescente, j'ai toujours aimé passer du temps en compagnie d'enfants. Comme premier emploi, j'ai été gardienne de mes jeunes frères et soeurs, de mes cousins et cousins et des enfants d'amis de la famille. Durant mes études postsecondaires en administration, j'ai travaillé au centre d'entraide Conayt Friendship Centre de ma ville natale, Merritt. Le terme Conayt vient du Nlaka:pamux ou Ntlakyapamuk, la langue Thompson. Conayt signifie « aider les autres ». Un jour, alors que je travaillais, j'ai vu une affiche des Grands Frères Grandes Sœurs sur le Mentorat à l'école. Le programme m'a semblé extraordinaire et j'ai posé ma candidature afin de devenir mentor bénévole.

J'ai été jumelée avec Savanah, qui fréquentait l'école primaire où j'allais durant mon enfance. Savanah racontait toutes sortes d'anecdotes amusantes et avait un talent incroyable en dessin. Nous avons tissé des liens immédiatement en partageant le même amour pour les animaux et les arts. En tant qu'enfant unique, Savanah n'avait pas un très grand cercle social à l'extérieur de l'école et elle avait de la difficulté à lier de véritables amitiés. Nous aimions en apprendre à propos de la famille et de la culture l'une de l'autre. Nous attendions toutes les deux avec impatience nos prochaines visites hebdomadaires. J'étais très heureuse d'avoir la possibilité de devenir une amie et un modèle pour Savanah.

Au fil des semaines, j'ai rencontré d'autres élèves et enseignants qui se préoccupaient réellement du bien-être de Savanah. Au cours du programme, je me suis fait plusieurs amis que je porte dans mon cœur encore aujourd'hui. C'est en travaillant et en faisant du bénévolat au sein de ma communauté que j'ai réalisé que mon rêve était de devenir enseignante. Je crois que tous les jeunes ont besoin de modèles motivants et un réseau de soutien afin d'atteindre leur plein potentiel. Plusieurs élèves n'ont pas de modèles positifs dans leur vie et, par conséquent, ils ont de la difficulté à l'école et manquent de confiance en soi.


Merci aux Grands Frères Grandes Sœurs de m'avoir permis de rencontrer ma jeune amie Savanah. L'expérience a véritablement transformé ma vie, car je terminerai sous peu mon baccalauréat en enseignement et j'ai bien hâte au jour où je participerai au Mentorat à l'école en tant qu'enseignante.

by Amy Joe, Mentorat a l'école

lundi 15 juin 2015

Ce qu’ont signifié les Grands Frères pour moi?

par Brian Weller

Les Grands Frères sont entrés dans ma vie l’année de mes 13 ans, un an après le décès de mon père, un ancien policier de Toronto. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré mon Grand Frère, Wayne. Parmi nos moments les plus mémorables ensemble, il y a les courses de stock-cars au circuit Pinecrest et à d’autres circuits, dont les fois où nous avons pu passer du temps aux puits de ravitaillement après les courses en compagnie de pilotes qu’il connaissait. Il y a aussi eu les visites des membres de sa famille proche qui m’ont toujours donné l’impression d’être chez moi.

Avoir un Grand Frère a été une expérience tellement positive pour moi qu’à 21 ans, je suis moi aussi devenu Grand Frère de deux garçons de Toronto orphelins de père et je me suis joint à l’équipe de hockey des Grands Frères de Toronto.

Pendant un certain temps, Wayne et moi avons assisté ensemble à des réunions d’orientation où nous devions présenter l’agence à de potentiels Grands Frères. Au début des années 70, j’ai déménagé avec ma jeune famille et je suis devenu bénévole pour les Grands Frères d’Oshawa/Whitby. Jean dirigeait l’agence à cette époque et c’est durant cette période que nous avons mis sur pied l’équipe de hockey des Grands Frères afin de jouer dans la ligue masculine locale de Durham. Notre équipe qui comptait d’anciennes étoiles de la LNH comme Ron Ellis et Dick Duff, jouait également un match de bienfaisance une fois par année à l’auditorium Civic contre Dave Duval et les CFTO Bassett Hounds. Et la foule participait au financement de l’équipement pour nos Petits Frères dans le besoin.

Je connais Wayne depuis quarante-neuf ans et notre amitié se poursuit, encore aujourd’hui, même si les choses ont bien changé. Maintenant c’est moi qui vais le chercher pour l’emmener à des événements qu’il aime, comme assister au spectacle de LeAnn Rimes au Massey Hall ou Merle Haggard au Casino Rama. Wayne et son épouse, Marie, ont lié des liens d’amitié avec la famille de ma femme et sont invités aux fêtes de famille. Vous récoltez ce que vous semez! Wayne a été mon garçon d’honneur lors de mon mariage il y a quarante ans, et nous entretenons encore des contacts réguliers. Pour paraphraser : « Un cœur n’est pas connu pour la quantité d’amour qu’il a, mais plutôt à quel point vous êtes aimé des autres ».

Aujourd'hui, je suis semi-retraité d’une entreprise de fabrication prospère de la région de York que mon fils dirige maintenant. Ma femme et moi avons quatre enfants et quatre petits-enfants. Wayne et Marie ont ouvert leur cœur à un jeune de 13 ans blessé il y a de nombreuses années et pour cela, je serai toujours reconnaissant.

La magie s’opère lorsqu’un adulte attentionné se penche pour aider un jeune dans le besoin! Chaque garçon sans père a besoin d’un Grand Frère et chaque fille sans mère mérite une Grande Sœur avec qui passer du temps, parler ou se confier. Des courses de caisses à savon à l’événement annuel Aux quilles pour les enfants, l’accent est toujours mis sur l’enfant! Le bénévolat fait une grande différence dans la vie de chacun.